© Jacques Hossey - Nord Eclair - 26/2/2005

___________________________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________________

La création de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste est étroitement liée, comme bien d'autres quartiers de notre cité, à l'essor industriel: un nombre important d'ouvriers s'installent à Herseaux-Ballons au début du 20eme siècle. La population s'accroissant sensiblement (1), Pierre-Corneille Baese, alors curé d'Herseaux-Place (et responsable de tout le territoire herseautois) insuffle l'idée de créer une paroisse aux Ballons.

Il est vrai que les fidèles du quartier devaient se rendre à la Place ou à Wattrelos, à une bonne demi-heure de route parfois impraticable, pour assister aux célébrations religieuses. De plus, la propagation des idées socialistes engendre également une baisse sensible de la pratique religieuse.

C'est ainsi que le 21 août 1906 est voté, en séance communale, le principe d'une nouvelle paroisse au "hameau des Ballons". Les limites paroissiales sont, quant à elles, approuvées le 22 mars 1907, tandis que la paroisse est officiellement créée le 20 octobre 1907. Le premier religieux entrant en fonction est l'abbé Delporte, qui arrive le 13 novembre. Il dépose ses meubles, quelques mois durant, au couvent des Sœurs de la Sagesse, tout en étant "recueilli" chez le docteur Maes (2).

La première messe est dite en la chapelle des Sœurs de la Sagesse. Chaque dimanche, deux messes sont célébrées: à 6h et 9h. Notons que l'abbé Delporte se devait de prêcher en français et néerlandais ! Durant le mois de décembre, l'abbé visite 351 ménages. La population de la nouvelle paroisse - essentiellement composée d'ouvriers des usines du nord de la France - est pour le moins hétérogène, puisque provenant de 200 communes belges et françaises!

Outre la rencontre avec ses "ouailles", une des premières tâches du nouveau pasteur est de créer une fabrique d'église. Celle-ci sera constituée le 12 janvier 1908, et aura comme président Louis Grimonprez. Louis Delberghe en sera le secrétaire; Henri Desmettre, Henri Dumortier, Louis Bonté, et enfin le curé en seront les membres.

Fin 1908. Le curé Delporte est toujours sans église et sans presbytère. Fin octobre, il envisage de louer une maison située entre deux cabarets, malgré son aspect insalubre, afin de pouvoir recevoir enfin ses paroissiens.

Début janvier 1909, l'abbé reçoit les plans du presbytère, réalisés par l'architecte provincial Vierin. Mais ce projet lui déplaît, de par sa grande taille et toutes ses dépendances en sous-sol. "Je ne veux pas d'un château au milieu d'une population exclusivement ouvrière", dira-t-il.

Le devis, se montant à 14.000 FB, est rejeté par le conseil échevinal et le Gouvernement provincial. En avril, soudainement, les élus herseautois acceptent malgré tout les plans, tandis qu'un terrain d'une superficie de 64,68 ares est acheté à Louis Bonte, au prix de 2,50 FB le m2, sur lequel seront érigés église et presbytère.

Les travaux de construction de la cure commenceront le 15 juillet 1910. Mais l'abbé Delporte ne prendra possession de son logement qu'au mois d'août 1911, et connaîtra des mois durant bien des avatars, suite à des problèmes divers de vices de construction...

(1) Entre 1900 et 1906, la population est passée de 3.434 à 4.617 habitants !
(2) Ce dernier, d'abord réticent, cédera sous l'impulsion de sa sœur Hélène...


Epopée d'une église

Le terrain sur lequel s'érigera la nouvelle église des Ballons enfin acquis (en avril 1909, un an et demi après l'arrivée de l'abbé Delporte!), on s'attèle aux plans et devis. Ces derniers sont acceptés par le conseil communal le 19 juin pour le prix de 100.132,10 FB.

Un clocher au milieu de la nef est envisagé, dans le style de l'abbaye de Cluny. L'adjudication de l'église, prévue le 28 février 1910, est approuvée le... 1er avril par la députation permanente.

La première pierre est posée le 18 septembre 1910. Un véritable événement pour la jeune paroisse! Une messe est célébrée à 8h30, afin de permettre aux habitants de pavoiser maisons et rues. A 10h30, l'abbé Delporte part accueillir l'évêque de Bruges, Msg Waffelaert, dont le train arrive en gare de Mouscron à 11h30. Une automobile est mise à disposition par Jules Roussel-Mullie, industriel à Tourcoing, parent de l'abbé et de l'évêque.

Escortées par un cortège, saluées par une foule innombrable, les personnalités religieuses sont conduites à la chapelle des Sœurs de la Sagesse pour une courte cérémonie. Sont également présents les curé et vicaire de Saint-Maur (Herseaux-Place). Un repas, frugal, est ensuite pris à la cure.

Le cortège, menant la première pierre, part de l'extrémité du territoire (l'Espierre) et accomplit le tour de la paroisse jusqu'à la Broche-de-fer. En tête de ce défilé se trouvent deux jeunes jockeys, MM.Lepers et Léman.

Un chantier difficile

Il est 16h lorsque s'effectue la pose de la pierre, ponctuée entre autres par le discours de Louis Grimonprez, président de la fabrique d'église.

A 17h20, l'évêque quitte Herseaux-Ballons en auto pour reprendre le train à Mouscron. Une journée faste pour les catholiques vient de s'achever... Divers contretemps (inondations le 13 mars 1911, gel en avril...) freinent la progression du chantier.

Malgré tout, le vendredi 27 octobre, sous une pluie torrentielle, le coq de l'église est promené dans tout le quartier : il sera placé le lundi suivant. Clocher et clochetons sont achevés le 20 décembre.

Même si l'édifice n'est pas encore complètement achevé, la bénédiction de l'église a lieu le 25 mai 1912. Les finitions se terminent en septembre 1913, avec la pose de la chaire de vérité. La paroisse d'Herseaux-Ballons est enfin dotée de son église...